« La communication décalée, ça ne me fait pas rire DU TOUT ! »

 

… Disent certains ronchons, mauvais coucheurs, arrogants en tout genre, pour qui la crédibilité doit frôler l’ennui.

« Décalée, décalée de quoi ? Mise à l’écart, retardée, différente ? Ou carrément fantasque ? Un message est un message, autant qu’il soit clair et concis, pas besoin de fioriture  », continuent-ils. Ils ne vont pas tarder à hurler que je l’ai assez écrit et répété : le message doit être compris immédiatement.

Oui, je sais. J’ai insisté aussi sur votre objectif d’image, Monsieur Ronchon. Avant toute prise de parole, il est important de vous demander quelle image vous voulez véhiculer. En général, vous allez me répondre : « compétent ».

Vous voulez que le public, vos interlocuteurs vous trouvent compétent. Crédible. Professionnel.

Ensuite vous allez me dire : fiable, ponctuel, honnête.

Et c’est d’une voix fluette et réservée que vous ajouterez « sympathique », tout doucement, parce que c’est un peu osé et qu’on n’est quand même pas là pour rigoler !

 

Et voilà, Monsieur Ronchon, c’est comme ça que l’on se retrouve avec des discours assoammants, des débats endormants, des cours barbifiants !

Mais tellement professionnels ! Au fait, vous voulez bien me faire un petit résumé de ce que vous venez d’entendre ? Non ? C’était clair pourtant ? Et très professionnel !

Vous vous êtes assoupis ? C’est bien ça ? Parlez plus fort Monsieur Ronchon, que je comprenne bien.

Monsieur Ronchon, laissez-moi vous expliquer. Histoire de ne pas vous laisser affublé d’un patronyme aussi peu avenant.

Le décalage, dans la communication, c’est ce qui va vous aider à comprendre le message. C’est aussi ce qui va vous tenir éveillé. Et donc, naturellement vous aide à mémoriser le contenu.

 Quelques exemples ?

– Le déplacement : vous quittez le pupitre pour venir vers le public, vous grimpez sur une chaise, vous commencez votre intervention derrière la scène…

– La rupture de rythme dans le discours : vous changez d’intonation tout d’un coup, vous scandez un slogan, vous ralentissez votre débit de parole, le temps de répéter votre message principal…

– L’entrée soignée : Vous démarrez parmi les spectateurs, vous commencez par une chanson, vous éteignez toutes les lumières au début de votre discours…

– Une sortie en queue de sirène : Vous provoquez une réaction collective, vous terminez en musique, vous vous désintégrez sur scène. Bon, ok, l’idée est un peu plus difficile à mettre en œuvre, mais elle fait tout son effet, croyez-moi !

La manière dont vous commencez et terminez une intervention en public est capitale, elle va donner le ton de votre message et y apporter de la crédibilité.

Hum… Monsieur Ronchon va penser que j’exagère.

Et pourtant, le décalage est salvateur ! Il fait rire, met de belle humeur et le public vous sera bien plus facilement acquis.

(Evitez cependant la grosse blague vaseuse en début de discours, qui mérite un article à elle toute seule. Je fais confiance à votre aptitude au discernement !)

« Mais comment décaler sans paraître fantasque ? Sans passer pour un clown ? Si je monte sur une chaise en pleine réunion, ils vont penser que je suis dingue, non ? »

Peut-être. Parce que dans la salle, il y aura un tas de Monsieur et Madame Ronchon. Mais votre boulot, c’est aussi de les rallier à votre cause.

Et ils trouveront cela justifié si :

– Vous voulez leur simuler la hauteur d’une estrade

– Vous désirez attirer l’attention sur le bas de votre pantalon

– Vous devez expliquer ce que vous voyez par la fenêtre qui se situe à 2 mètres du sol.

Vous l’avez compris : quel que soit votre décalage, il doit être justifié.

Cette année, j’ai décalé.

Nathalie Sacré, ma comparse illustratrice, m’a « pris au piège » de ses dessins et s’est lancée dans une carte de vœux particulièrement audacieuse. Nous avons divagué sur la prise de parole en public, la stratégie de l’audace, et voilà ce que ça donne :

1 couv copie 2 - nostradamus

3 - formation dactylo copie

4-5 labyrinthe dactylo copie

 

6 trouilles ok2 copie

 

7 - points copie

Capture d’écran 2013-01-14 à 10.00.30

Tout ce que je vous souhaite : Cette année, décalez, innovez, changez tout, riez, osez!

Joyeux 2013,

 

 

Geneviève

 

Retrouvez Nathalie :

http://sacrenathalie.wordpress.com

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *