Soignez les détails et fermez votre braguette !

 

Nous sommes principalement des êtres visuels. Lorsque nous entrons en communication avec une personne que nous ne connaissons pas, nous allons davantage être interpellé par des détails de son aspect physique que par ses paroles. Un bouton cassé va retenir toute notre attention.

Nous connaissons également bien l’effet de supériorité de l’image. Les images sont, on le sait, bien mieux mémorisées que les mots.

Nous constatons aussi que si les images nous attirent, l’aspect visuel d’un orateur, par exemple, provoque une réaction plus vive dans notre cerveau que son discours.

Faites passer une femme superbe dans une réunion d’hommes, même très concentrés et il est probable que l’un d’eux bredouille, qu’un autre se gratte le cou, que le troisième renverse sa tasse de café…

Faites passer une femme moins superbe dans une réunion d’hommes et ils resteront concentrés.

La même expérience avec un homme sublime fonctionne aussi dans un groupe de femmes, évidemment.

Bref, nous le savons : nous retenons davantage nos cours d’Histoire si nous avons vu un film sur Napoléon ou un documentaire sur les guerres puniques. Un Powerpoint sera plus apprécié, compris et mémorisé si il est illustré et il est plus facile d’étudier quand les profs ajoutent des photos et des vidéos à leurs cours.

Lorsque nous prenons la parole en public, il faut donc s’attendre à ce que l’on nous regarde avant de nous écouter.

Et le moindre couac visuel va distraire le public et l’éloigner de votre message.

Ce n’est pas le moment d’avoir une tache de sauce tomate sur sa chemise, une cravate vert pomme, un décolleté trop plongeant ou une feuille de persil entre les dents. Si vous voulez que le public vous écoute, il va falloir soigner les détails.

 

J’ai pourtant bien tenté de rester concentrée sur le discours prononcé par la personne ci-dessous, mais l’image perçue et le petit détail oublié ont mobilisé toutes les ressources de mon intelligence. Je ne pense pas être la seule à n’avoir absolument rien écouté de sa présentation. Et je me demande ce que ses collègues ont répondu quand il est descendu de scène, demandant un avis sur sa performance…

Braguette

 

Ça me va bien de faire la leçon, me direz-vous…

Lors de mon passage à la télévision, pensant bien qu’il fallait prendre soin de mon image, j’ai laissé tomber mon collier. Sur le micro, évidemment, pour ajouter une petite touche de son délicat.

Si je voulais tenter une expérience et examiner le taux de commentaires « contenu/contenant », j’étais servie.

bqe90

 

De mémoire, voici grosso modo les résultats :

Parmi ceux qui ont regardé la séquence, qui m’ont soit téléphoné, soit écrit un message sur les réseaux sociaux ou par mail :

90% m’ont parlé du collier

Dans les 10% restants, certains n’avaient rien remarqué, ou avaient pris la séquence en cours ou encore n’ont pas osé en parler.

La moitié de ces 90% n’a pas du tout évoqué la raison pour laquelle j’étais interviewée, se focalisant uniquement sur ce malheureux bijoux cassé.

 

Attention, je parle seulement d’un collier qui tombe, pas d’une bombe qui explose, non. Juste un « petit truc anodin »…

Imaginez donc s’il s’était agit d’une panne d’électricité, ou d’une chute de l’orateur.

 

Que faire donc s’il vous arrive ce type de mésaventure ? Ça ne sert à rien que le nier, tout le monde a vu que votre chemisier devenait transparent sous les spots, que dans l’empressement vous avez mis votre robe à l’envers, que votre pantalon a craqué lorsque vous vous êtes baissé, que vous avez marché dans la boue en sortant de votre voiture, que le verre d’eau que vous venez de prendre en main n’a pas trouvé le chemin de votre bouche mais celui de votre chemise…

 

Faites preuve d’humour et d’humilité. Riez-en avec le public. Rendez-le complice.

–       Depuis le temps que je porte des chemises blanches, je sais pourtant très bien qu’il faut éviter la Bolognaise.

–       J’étais tellement pressé de venir vous voir que la manche de ma veste a préféré sortir de la voiture toute seule.

–       J’ai mangé de l’ail ce midi pour être sûr que personne ne me pose aucune question de trop près.

–       Mon enthousiasme à l’idée de venir vous parler n’a pas chu en même temps que moi en montant les marches.

 

Vous dissiperez immédiatement tout malaise. Et bonus : on vous trouvera sympathique.

Geneviève

 

Clouer le bec, c’est aussi pour passer une bonne journée.

 Riposter, rétorquer, répondre du tac au tac, pour le plaisir, bien sûr. Et pour ne pas passer pour une loque en plus. Mais également pour conserver ses relations et son estime de soi. Rien que pour ça, ça vaut le coup !
Un exemple ?

1La journée avait bien commencé. Je me suis levée à mon rythme, sans réveil. On entendait les oiseaux chanter. Les enfants étaient de bonne humeur, on a partagé un petit déjeuner sympa.

J’ai pris la voiture pour aller au boulot. Il n’y avait pas de trafic sur la route. Je me suis arrêtée pour laisser passer un vieux monsieur. Il m’a souri. Au bureau, Clara m’a fait des compliments sur ma nouvelle robe rouge. Et puis elle m’a raconté ses projets de voyage. On a bien travaillé, j’étais contente de moi. Ma boss est venue nous féliciter, ça m’a donné envie d’en faire plus encore.

Le midi, on est allées manger ensemble, toutes les trois, dans un resto, pas loin. Une petite salade et puis on s’est remises au boulot.

Le soir, les enfants ont fait leurs devoirs sans rechigner. On a préparé un plat de pâtes ensemble. Michel s’est concentré sur la bolognaise et il s’est blessé à la main en coupant les carottes. Sur le moment, ça nous a bien fait rire mais on est quand même partis aux urgences. Il a eu quelques points de suture et puis on est rentrés et on a bu un verre de vin avant d’aller se coucher.

Carrots

2La journée avait mal commencé. Je me suis levée avec des crispations dans le cou. Michel m’a reproché de ne pas encore avoir acheté un nouveau matelas. Il avait ronflé toute la nuit, je me suis fait un plaisir de lui faire remarquer. D’ailleurs j’avais enregistré ses ronflements sur mon smartphone.

Les enfants étaient en retard. Michel m’a dit que je manquais d’autorité.

En voiture, le trafic était dense. Au moment où je redémarrais après le feu, un vieux monsieur a traversé la route, juste devant moi. Il m’a lancé un regard noir et a hurlé un truc sur les femmes au volant.

Je suis arrivée énervée au boulot et je suis allée me remaquiller dans les toilettes, ça m’a donné un coup de punch.

Clara m’a dit que j’avais l’air fatigué, et elle a tordu sa bouche. Puis elle m’a scrutée de haut en bas. Quoi ? Elle ne me va pas, ma robe ? Ma boss est arrivée, a levé les yeux au ciel quand je lui ai remis le rapport sur lequel j’avais passé mon week-end et a tourné les talons sans dire merci.

Du coup, le midi, je suis allée manger seule. Une salade, parce que j’ai bien compris que Clara trouvait que j’étais boudinée dans ma robe.

Le soir, les enfants ont eu du mal à faire leurs devoirs, ils étaient turbulents et Michel m’a dit que je manquais d’autorité. Ça l’énervait alors il s’est coupé le doigt en coupant les carottes pour préparer la bolognaise. Aux urgences, le médecin a dit qu’il venait vraiment pour rien et qu’il n’avait pas que ça à faire. Michel qui déteste être humilié a fait la tête pendant tout le trajet, et m’a dit que si j’avais plus d’autorité, les enfants auraient fait leurs devoirs seuls et qu’il n’aurait pas dû s’occuper du repas et que tout ça ne serait jamais arrivé.

Il est allé se coucher. J’ai bu un verre de vin sur le canapé où j’ai finalement passé la nuit.

Carrots

3La journée avait mal commencé. Je me suis levée avec des crispations dans le cou. Michel m’a reproché de ne pas encore avoir changé le matelas. Je lui ai dit qu’il avait raison et que j’aimerais avoir son conseil pour l’acheter, il est plus doué que moi pour ça. (compliment)

Les enfants étaient en retard. Michel m’a dit que je manquais d’autorité. J’ai répondu qu’il allait manquer son train. (pirouette)

En voiture, le trafic était dense. Juste au moment où on redémarrait après un feu, un vieux monsieur a traversé la route, juste devant moi. Il m’a lancé un regard noir et a hurlé un truc sur les femmes au volant. Je lui ai répondu qu’il ferait bien de se mettre hors de ma route s’il ne voulait pas se faire enterrer cette semaine. (autodérision)

En arrivant au boulot, je suis allée me remaquiller dans les toilettes, ça m’a donné un coup de punch.

Clara m’a dit que j’avais l’air fatigué, et elle a tordu sa bouche. Je lui ai dit que j’avais passé une nuit d’enfer, que ça lui ferait du bien de temps en temps. (insolence) Puis elle m’a scrutée de haut en bas. Quoi ? Elle ne me va pas, ma robe ? J’ai tourné sur moi-même et j’ai dit : je suis trop canon avec ma nouvelle robe. (autodérision) Ma boss est arrivée, a levé les yeux au ciel quand je lui ai remis le rapport sur lequel j’avais passé mon week-end et a tourné les talons sans dire merci. Je ne l’ai pas pris personnellement, je me suis dit qu’il était temps qu’elle change de matelas.

Le midi, je suis allée manger une salade avec Clara parce qu’elle pense qu’elle doit faire attention à sa ligne pour avoir des nuits d’enfer aussi.

Le soir, les enfants ont eu du mal à faire leurs devoirs, ils étaient turbulents et Michel m’a dit que je manquais d’autorité. Je lui ai dit qu’il avait probablement raison et que c’est pour ça que j’étais tellement câline avec lui et puis je l’ai embrassé. (vérité) Il a ri et il s’est coupé le doigt en coupant une carotte. Il en met dans la Bolognaise. Aux urgences, le médecin a dit qu’il venait vraiment pour rien et qu’il n’avait pas que ça à faire. Michel hésité à rétorquer : « Désolé, j’ai bêtement cru que vous étiez médecin », (insolence) ou « Je suis une véritable chochotte, une goutte de sang et je m’évanouis », (autodérision) ou encore « Vous êtes tellement doué que ça va aller très vite » .(compliment)

On est rentrés à la maison, on a bu un verre de vin, et on a passé une nuit d’enfer, pour que Clara puisse me dire demain que j’ai l’air tellement fatigué.

 

Geneviève

 

Vous avez d’autres idées de ripostes ? Laissez donc un commentaire.

Répondre du tac au tac, exercer son esprit de répartie, c’est possible avec le jeu Takattak ou Takattak Family, spécialement conçu pour les enfants.

(Et là aussi : www.takattak.com  ou là : www.si-trouille.com et dans la foulée,

jetez un oeil ici : www.facebook.com/jeutakattak)

Les lieux communs : de béates platitudes

 

Les lieux communs sont coriaces! Ils s’intègrent dans nos conversations, on les retrouve en masse sur les réseaux sociaux, on les maudit, on ricane de ceux qui en abusent mais ils se faufilent toujours insidieusement dans notre bouche. Ils semblent immortels, plus présents encore lorsque nous sommes fatigués, ils sont à bout de langue, toujours prêts à donner de nous une image d’aculturé.

En voici que l’on peut entendre fréquemment. Imaginez que je choisisse un texte connu (je vous laisse deviner) et que je le moisisse avec une mixture de lieux communs. Ça donnerait à peu près ceci :

Robert Powell dans Jésus de Nazareth, 1977
Robert Powell dans Jésus de Nazareth, 1977

 

Les béates platitudes.

« Je suis très honoré de prendre la parole aujourd’hui.  Je n’irai pas par quatre chemins. On ne va pas refaire le monde mais je me permets de dire que ceux qui ont une âme de pauvre, enfin je veux dire : de très pauvre,  seront heureux. Oui, ils seront heureux. Parce que figurez-vous,  le Royaume des Cieux est à eux. Bon évidemment, un cas n’est pas l’autre. Il y a pauvre et pauvre. Je pense néanmoins être l’homme de la situation pour vous annoncer cela, que dis-je, qui doit !

De même, je n’exagère pas en disant que les affligés seront heureux aussi, et qu’ils seront très bientôt consolés, ça a toujours été le cas pour les affligés. La roue tourne, c’est la vie.

Je sais que je ne me ferai pas que des amis mais je pense personnellement que les doux seront heureux aussi, car ils posséderont la terre. C’est comme ça, c’est comme ça. Rien de nouveau sous le soleil.

Bon,  puisqu’on y est, on ne va pas faire les choses à moitié : heureux les affamés et assoiffés de la justice : ils seront rassasiés. Oui, il faut de tout pour faire un monde, je n’invente rien.

Au risque de choquer, (il ne faut pas se voiler la face) : heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde. Et ce jour sera à marquer d’une pierre blanche !

Les choses étant ce qu’elles sont, j’ajouterais : heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu. A qui je rends ici un vibrant hommage. Moi-même, je l’ai vu de mes propres yeux. Et nous collaborons même très étroitement.

Je ne vais pas vous assommer avec des répétitions mais au jour d’aujourd’hui, nous pouvons dire sans risquer de trop nous tromper : heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.  Oui, fils de Dieu ! Appelons un chat, un chat !

Et regardons l’avenir en face : que les persécutés pour la justice soient heureux, car le Royaume des Cieux est à eux. Là il faut vraiment faire quelque chose pour les persécutés. C’est un impératif absolu.

Et je m’en voudrais d’oublier de vous dire : heureux serez-vous quand on vous insultera, qu’on vous persécutera, et qu’on dira faussement contre vous toutes sortes d’infamies à cause de moi. C’est le vœu que je formule. Sincèrement. Voilà. J’ai fini. »

Indigeste ! Et pourtant, très courant à un dosage plus respectable. Les clichés ou banalités dispensent d’effort de création : c’est simple et tout le monde comprend. Mais ils gangrènent le discours, l’allongent inutilement et donnent l’image d’un orateur enclin à la médiocrité.

Dans la foulée, donnons un coup de cutter et supprimons :

– Les clichés, les pléonasmes,  le jargon, les lapalissades, les anglicismes à l’excès :

« L’ère de la communication », « le spectre du chômage », « un vibrant hommage », « au jour d’aujourd’hui », « regarder l’avenir en face » « les choses étant ce qu’elles sont », « collaborer ensemble » …

–       Les formules de politesse inutiles ;

–       Les introductions trop longues ;

–       Des idées creuses, toutes faites, abstraites ;

–       Les participes présents et les propositions relatives trop nombreux ;

–       Et généralement, tout ce qui empêche d’aller directement à l’essentiel.

 

Voilà. Ça, c’est fait !  😉

 

Geneviève

 

 

« La communication décalée, ça ne me fait pas rire DU TOUT ! »

 

… Disent certains ronchons, mauvais coucheurs, arrogants en tout genre, pour qui la crédibilité doit frôler l’ennui.

« Décalée, décalée de quoi ? Mise à l’écart, retardée, différente ? Ou carrément fantasque ? Un message est un message, autant qu’il soit clair et concis, pas besoin de fioriture  », continuent-ils. Continuer la lecture de « « La communication décalée, ça ne me fait pas rire DU TOUT ! » »

Bonjour, je m’appelle Monsieur Lenoir…

 

« Monsieur » Lenoir. Ca commence bien. Partout, dans le monde professionnel, on se présente en commençant par son prénom, mais le prof, non. Le prof est « Monsieur » ou  « Madame » quelque chose. Le prof n’a pas de prénom.

 

Depardieu Prof

Maintenant qu’il a  posé son statut, il prend un air de circonstance : il actionne sa ride du lion. Marque d’extrême concentration, mais aussi d’émotion négative permanente, jusqu’à être gravée dans le front, le sillon creusé entre les deux yeux est un signe de mise à distance.

Quand Parent est entré dans la classe pour l’entretien trimestriel avec Prof, il avait 35 ans. Après quelques secondes d’échange, Parent a 12 ans et sait qu’il va en prendre plein la figure. Il adopte rapidement une position de repli.

D’ailleurs, Prof a pris grand soin de faire asseoir Parent sur le banc d’écolier, tandis qu’il reste scotché derrière son bureau, sur l’estrade.

Et le banc d’écolier est bien peu adapté à la morphologie de Parent : il n’y tient que sur une fesse et ses genoux cognent le dessous de la table sous laquelle trainent sans doute quelques chewing-gum crasseux.

 

Noces blanches

C’est donc dans cette position extrêmement inconfortable que Parent encaisse une cascade de soupirs, reproches et de « vous devez comprendre »…

Vous devez comprendre…

– Que Rejeton doit avoir fait ses devoirs quand il arrive en classe (sous-entendu : tu peux vérifier ça tous les soirs après ta journée de travail ?)

– Qu’il doit avoir tout son matériel (Même si le cartable pèse déjà 7 kilos, on ajoutera bien un bouquin)

– Qu’il DOIT être motivé.

 

Parent est à cran. Il a déjà subi l’ire des profs il y a 20 ans, il pensait en être débarrassé. Et ça recommence…

« Il DOIT être motivé ! »

 

Euh… Ce n’est pas son boulot de motiver son gamin ? Ca ne fait pas partie de ses techniques d’appât ?  Parent doit-il dire à son rejeton,  tous les matins, alors qu’il a le dos tordu par son cartable de 7 kilos : « Aujourd’hui, sois motivé, rejeton ! »

 

Bruel Profs

Parent se mord les lèvres. La ride du lion de Prof, s’intensifie. Les sourcils se rapprochent et nous allons droit à la catastrophe.

Prof se braque, il pense que Parent est bien le même que sa progéniture, d’ailleurs, ça ne l’étonne pas.

En général, Prof n’aime pas les réunions de parents. Son truc, c’est les gamins, pas les parents qui lui demandent des comptes.

Et Parent croit toujours qu’il est unique au monde. Prof en a 25 comme lui, au bas mot, qui attendent derrière la porte,  pour « discuter ».

 

Prof déteste le parent :

– Qui croit que son enfant est tellement doué (ce glandeur)

– Qui dit qu’il va punir son fils extrêmement sévèrement (le petit a déjà bien du mal à s’en sortir)

– Qui explique à Prof comment faire son métier (de quoi je me mêle ?)

– Qui pense que LUI il bosse alors que Prof n’en fiche pas une (Tu veux venir donner cours à ma place pour voir ?)

– Qui se lamente : « si vous saviez comme c’est difficile avec lui » (oui, je sais, j’en ai 25 comme lui, voir plus haut)

 

Petite chronique d’une communication ratée

 

C’est mal parti. Et il est probable que ça se termine mal. On se dirige vers un mur d’incompréhension, avec son lot de frustrations, de mésententes, terreau de clichés en tout genre : les profs sont tous des paresseux qui ne travaillent que 6 mois par an, les parents donnent toujours raison à leurs enfants, les profs sont en dehors de la réalité professionnelle, les parents sont en dehors de la réalité scolaire, les profs ne pensent qu’à transmettre un savoir, sans aucune idée de la pédagogie, les parents…

Prof et Parent avaient pourtant le même objectif en se rencontrant : faire le point sur la scolarité de Rejeton et le faire progresser, pour qu’il rejoigne l’an prochain, ses camarades dans la classe supérieure. Ce n’est pourtant pas bien sorcier !

A partir de là, en toute logique, un plan d’action est décidé : qui fait quoi et comment pour motiver Rejeton ? Quelle stratégie mettre en place ? Comment et quand mesurer les résultats ? Comment adapter notre technique en tenant compte des spécificités de Rejeton ?

 

Mais nous nous heurtons souvent à la bataille d’égo entre « Monsieur » Lenoir, prof inaccessible qui ne donne évidemment pas son numéro de téléphone (faut pas pousser) ou son adresse e-mail (il n’en a pas) … : « écrivez un mot dans le journal de classe » et celle de Parent, amer, pétri de la même certitude depuis 20 ans : tous des cons, ces profs !

Geneviève

cercle-poetes-disparus-

 

 

Assumez !

 

Parmi les nombreuses ressources qui vous aideront à faire passer un message lors d’une prise de parole, la séduction en est une.

Pour séduire son public, faut-il le caresser dans le sens du poil, lui dire ce qu’il a envie d’entendre ? Non, évidemment. La séduction prend parfois des chemins inattendus, voire opposés : le discours « je marche sur des œufs » est agaçant au plus haut point.

 

N’oubliez pas : le public s’est déplacé, a pris du temps pour vous écouter, supprimant sans hésiter une heure de travail, de shopping, de papote autour d’un verre, de rendez-vous amoureux, parce qu’il pense que ça vaut vraiment la peine d’assister à votre présentation.

Si vous lui sortez un discours sirupeux, consensuel et insipide, non seulement il aura perdu son temps mais risque de vous en vouloir.

Et ce n’est vraiment pas le moment de braquer le public ! Vous êtes déjà stressé, pas la peine d’en rajouter.

Le public aime entendre votre point de vue, il préférera vous voir défendre vos idées avec acharnement plutôt que de réciter une suite de mesures.

Si vous avez bien préparé votre intervention, votre message est clair et votre objectif, limpide.

Rappel pour les distraits : Un objectif n’est pas « donner une information ». Ca, c’est un moyen de l’atteindre. Votre objectif, c’est de changer un comportement, provoquer une réaction, susciter l’adhésion, motiver… 

Sinon, à quoi bon ?

Et ne vous attendez à aucun changement si vous êtes banal et terne. Tout au plus provoquerez-vous des bâillements et de l’agacement. « Je me suis tapé cette conférence alors que j’aurais pu rester chez moi/aller au resto/préparer ma réunion… »

Assumez !

Le public adore les orateurs qui s’engagent ! (Avec finesse, pas comme un bulldozer).

Souvenez-vous quand vous étiez petit, ceux qui gémissaient : « c’est pas ma faute, c’est lui qui a commencé », ça vous horripilait. Ne soyez pas celui qui n’est responsable de rien, le mou, qui suit le mouvement, qui n’a pas d’opinion. Et si cette description vous ressemble, surtout ne m’obligez pas à prendre du temps pour vous écouter.

Assumez votre présence en public, affirmez-vous, emportez-nous dans votre univers, faites-nous parcourir les méandres de vos convictions, découvrez-vous, éblouissez-nous avec vos expériences, scotchez-nous à notre chaise !

Je terminerai par cette histoire : lors d’une réunion des parents au début de l’année scolaire, un directeur, qui, par ailleurs, était plutôt un brillant orateur, a lâché : « les tatouages et piercings sont interdits au sein de l’école. Ce n’est pas notre choix, nous n’avons rien contre les tatouages et les piercings. Mais comprenez bien que c’est la société qui veut ça. Il est plus difficile de trouver un emploi lorsqu’on est tatoué ! »

Ces mots ont laissé les parents interloqués.

Ils auraient tellement préféré : « les tatouages et piercings sont interdits chez nous. C’est comme ça, ça fait partie du règlement intérieur. » Sous-entendu : si ça ne vous plait pas, allez ailleurs, plutôt que de voir dans le directeur d’école, le petit garçon geignard qui n’est jamais responsable de rien.

Geneviève

 

 

 

Clips de campagne, lip dub, ça rapporte ?

L’air fraichit, l’herbe est brillante et les oiseaux ont l’âme voyageuse. Ça sent bon la campagne. Non plus celle, morne et terriblement prévisible des années précédentes, mais celle, qui en musique, scande « votez pour moi, p…p…p…pour moi ! »

Pas un matin ne passe sans que nos journaux et réseaux sociaux ne nous présentent l’un ou l’autre clip de campagne. Ils sont tournés en plan séquence le plus souvent, en playback plus ou moins réussi et en musique toujours.

Et qu’y a-t-il de plus amusant à regarder qu’un clip de campagne, affalé dans son canapé, un café à la main ? Dites-moi ?… Les nombreux commentaires des internautes, pardi !

Tout clip confondu, on peut lire, sous la vidéo, pas mal de railleries, mais aussi quelques propos offusqués,  et à vrai dire, peu de « Génial, j’adore ! ».

Alors, d’où vient cet engouement, cet envie pressante de se cliper en musique, après s’être étalé en affiche ? Que cherchent vraiment les candidats, outre le plaisir du déhanchement collectif ? Et surtout, ce moment en vidéo, va-t-il ouvrir le sésame de l’urne pleine ?

L’ampleur du phénomène mérite de se poser quelques questions.

Le lip dub, proprement dit, et sous cette dénomination, est une trouvaille de Jake Lodwick, fondateur de Vimeo, qui avait trouvé amusant, en 2006, de se filmer dans la rue en train de chanter avant de doubler sa voix. Celui, très regardé, des étudiants de l’université de Québec, sur la musique des  Black Eyed Peas, a donné le coup d’envoi et ouvert une brèche dans la créativité lipdubienne. Ces premiers clips se veulent bon enfant, création et amusement étant leur gouvernail.

Ce ne fut pas forcément le cas de ceux qui suivirent, revendiquant une cause, mettant en exergue un conflit, portant à bout de playback une opinion précieuse.

A partir de là, tout était possible. Gardant la ligne droite de « bonne humeur », le lip dub parcourt un chemin entre cohésion d’équipe, demande en mariage, mise en valeur d’une entreprise, éloge (pas encore funèbre, mais il y a de l’idée…)

Le clip chanté ne serait donc que l’arrière petit-fils de l’épopée, de la chanson de gestes, du dithyrambe, de l’épithalame et j’en passe…

Mais que veut vraiment notre candidat chanteur ? Au hasard : faire sourire, se démarquer, informer de son programme…

Et qu’en est-il vraiment ?

Si le lip dub provoque un sourire, on voit qu’il est souvent teinté de sarcasme.

Le candidat se fait effectivement remarquer, oui. Mais plus l’outil est utilisé et généralisé, moins il est original. Le clip risque de se noyer dans la masse.

Un peu comme le programme, étouffé par les rires, au pire, camouflé par la musique, au mieux.

Donc, reprenons : que cherche vraiment le candidat ?

Etre élu ! Mais sans passer pour un clown. Il tient donc à asseoir sa crédibilité en donnant un aperçu de ses compétences. On est loin du « votez pour moi parce que j’assure au karaoké » !

Pour cela, il est effectivement capital de sortir de la multitude. Chose plus aisée pour le candidat en tête de liste que pour le numéro 23 ou 42 qui en est à son premier coup.

Hum… se démarquer sans perdre en crédibilité… Pas simple. Mais peut-être peut-on gagner en proximité ? Un lip dub mal fagoté offre un arrière goût de « je suis comme vous » (sous-entendu : j’ai peu de matériel parce que ce n’est pas mon métier et que je n’ai pas de temps à perdre dans les finitions, en fait, c’était juste pour rire).

Bon, j’arrête de critiquer. Si vous êtes vraiment tenté par l’expérience, de grâce, faites ça bien. C’est à dire :

– Posez-vous les bonnes questions. Si vous avez lu « la parole en public pour les timides, les stressés et autres tétanisés », vous avez peut-être retenu qu’il y a une différence entre objectif : « qu’est ce que je veux obtenir/provoquer » et message : « qu’est-ce que je veux qu’ils retiennent de mon intervention ».

– Ajoutez-y une intention d’image : « J’aimerais qu’ils me trouvent sympa/compétent/arrogant/ridicule » (Biffez…)

– Trouvez une musique qui correspond à votre message (pas à votre objectif !) et là…attention. Evitez absolument la chanson dépassée de peu. Celle qui nous a noyé les oreilles il y a un an ou deux. Préférez le tube international ou carrément celui d’il y a 20 ans.

L’important est qu’il parle à tous. Que sa musique soit associée à un souvenir agréable (ce qui n’est jamais le cas de la chanson pas trop récente).

La musique est un excellent facilitateur de mémorisation. Un déclencheur d’émotion. Choisissez-là avec soin, ce n’est vraiment pas un élément à négliger.

– Ne négligez pas plus que l’équipe de tournage (des pros) de montage (idem) et de diffusion.

– Et surtout : donnez tout ! Ne faites pas les choses à moitié. Vous voulez vous faire remarquer, alors, lâchez-vous. Il n’y a rien de pire qu’un sourire de malaise dans un lip dub, qu’un petit pas gêné. Vous allez faire les choses à fond ! Et faire les choses à fond, c’est aussi une compétence que vous voulez mettre en avant non ?

 

Au boulot!

 

Geneviève

Comment gérer le brouhaha quand vous parlez en public ?

 

Vous avez rédigé votre intervention avec soin. Vous l’avez relue plusieurs fois, peut-être même devant des amis, dans votre bureau. Ils vous ont écouté attentivement et vous ont dit : « oui, c’est bien ».

« Oui, c’est bien » : le petit mot qui vous a donné confiance, vous pouvez donc vous lancer devant un public plus important. Continuer la lecture de « Comment gérer le brouhaha quand vous parlez en public ? »

Les fameux « discours de rentrée ».

Nous sommes au début du mois de septembre et nous avons tous, probablement, déjà assisté à l’un ou l’autre discours de rentrée. Certains en ont même déjà prononcé un ou s’apprêtent à le faire.

Souvent, cette première prise de parole après les vacances a pour objectif soit de souhaiter la bienvenue, de se présenter, d’informer d’un nouvel ordre intérieur, de répondre à la tradition, de motiver son équipe, d’annoncer le programme à venir, etc.

Et souvent, ce discours de rentrée est… barbant. Et long. Ce qui le rend encore plus barbant.

Si vous devez prendre la parole dans les jours qui suivent, et que vous ne comptez pas endormir vos auditeurs, je vous propose un petit topo.

–       Les objectifs cités ci-dessus sont un peu faiblards. Le vôtre doit être fort. Parlez pour faire évoluer, changer un courant de pensée, mobiliser autour d’une idée, améliorer un comportement. Et pas seulement pour informer. Votre prise de parole doit, le plus souvent, comprendre un « plan d’action » pour le public auquel elle est destinée. Une phrase commençant par « voilà ce que j’attends de vous », va immédiatement attirer l’attention. A condition de ne pas la susurrer entre vos dents.

–       Utilisez des images fortes, des mots colorés. Métaphores, comparaisons, exemples et anecdotes, plutôt que phrases longues et vides de sens. Rendez votre intervention « visible », provoquez l’imagination de l’assistance. Racontez une histoire. Lâchez-vous, ce n’est pas le moment d’être scolaire. Même si vous êtes directeur d’école !

–       Si votre discours est précédé d’un ou plusieurs autres, ne prenez pas la même place que vos prédécesseurs. Ils parlaient à droite, allez à gauche. Ou l’inverse. Venez sur le devant, prenez le public par surprise, il vous en sera reconnaissant. Vous avez un pupitre et ça vous semble difficile ? Contournez-le. Le micro est fixé sur le pupitre ? Oui, là, vous êtes mal. Mais l’an prochain vous saurez qu’il faut demander un micro cravate ou pas de micro du tout si vous avez une bonne voix. Pas de pupitre, c’est encore mieux.

–       Une bonne intervention est une intervention brève. Ne comptez pas garder l’attention de vos ouailles trop longtemps. Surtout si un cocktail est programmé et que les plateaux de zakouskis trépignent à deux mètres de vous. Si on vous donne la parole pendant 10 minutes, n’en prenez que 7 (et de grâce, ne faites jamais l’inverse !). Pensez qu’au bout de quelques minutes, le public n’entend plus que « bla-bla-bla ». Pas très productif, n’est-ce pas ?

–       Et enfin… faites-vous plaisir. Profitez de ce moment divin où tout le monde vous écoute. Votre parole est un vecteur de communication puissant. Soignez-là et aimez ça, vous n’en serez que plus convaincant.

 

Bonne rentrée, donc.

 

Geneviève